Le « sneakernet » souterrain afghan peut-il survivre aux talibans ?
Views: 85
0 0
Read Time:3 Minute, 11 Second

Lorsque les talibans ont capturé la ville d’Herat le 12 août, Yasin et ses collègues ont émis l’hypothèse qu’il ne faudrait pas longtemps avant que les forces d’invasion des talibans ne prennent le contrôle de leur propre ville de Mazar-i-Sharif.

« Les choses étaient plus tendues à Mazar aussi, alors moi et d’autres ordinateurs kars de Mazar qui travaillent ensemble ont tenu une réunion secrète pour décider quoi faire pour protéger tout notre contenu », dit-il. Parmi eux, l’union informelle de l’informatique kars avait collecté plusieurs centaines de téraoctets de données sur plusieurs années, et une grande partie serait considérée comme controversée, voire criminelle, par les talibans.

« Nous avons tous convenu de ne pas supprimer, mais plutôt de masquer le contenu le plus néfaste », dit-il. « Nous avons pensé qu’en Afghanistan, ces régimes vont et viennent fréquemment, mais nos affaires ne devraient pas être perturbées. »

Il n’est pas trop inquiet d’être découvert.

« Les gens cachent des armes, de l’argent, des bijoux et ainsi de suite, alors je n’ai pas peur de cacher mes disques durs. Ils ne pourront jamais trouver [them], » il dit. « Je suis un garçon du XXIe siècle et la plupart des talibans vivent dans le passé. »

Moins de 20 ans après que l’ancien président Hamid Karzai a passé le premier appel téléphonique en Afghanistan, il y a près de 23 millions d’utilisateurs de téléphones portables dans un pays de moins de 39 millions d’habitants. Mais l’accès à Internet est une autre affaire : au début de 2021, il y avait moins de 9 millions d’internautes, un décalage qui a été largement attribué aux problèmes de sécurité physique généralisés, aux coûts élevés et au manque de développement des infrastructures sur le terrain montagneux du pays.

C’est pourquoi l’ordinateur kars comme Yasin peut maintenant être trouvé dans tout l’Afghanistan. Bien qu’ils téléchargent parfois leurs informations depuis Internet lorsqu’ils sont en mesure d’obtenir une connexion, ils en transportent physiquement une grande partie sur des disques durs des pays voisins, ce que l’on appelle le « sneakernet ».

« J’utilise le Wi-Fi à la maison pour télécharger une partie de la musique et des applications ; J’ai aussi cinq cartes SIM pour Internet », explique Mohibullah, un autre kar qui a demandé à ne pas être identifié par son vrai nom. « Mais la connexion ici n’est pas fiable, alors chaque mois j’envoie un disque dur de 4 téraoctets à Jalalabad, et ils le remplissent de contenu et le renvoient dans une semaine avec les derniers films indiens ou dramatiques télévisés turcs, de la musique et des applications, » pour lequel il dit payer entre 800 et 1 000 afghanis (8,75 $ à 11 $).

« Les gens cachent des armes, de l’argent, des bijoux et ainsi de suite, alors je n’ai pas peur de cacher mes disques durs. Je suis un garçon du 21e siècle et la plupart des talibans vivent dans le passé. »

Mohammad Yasin, ordinateur kar

Mohibullah dit qu’il peut installer plus de 5 gigaoctets de données sur un téléphone, y compris des films, des chansons, des clips vidéo et même des cours, pour seulement 100 afghanis, ou 1,09 $. « J’ai les derniers films d’Hollywood et de Bollywood doublés en dari et en pachto [Afghan national languages], de la musique du monde entier, des jeux, des applications », m’a-t-il confié début août, quelques jours avant que les talibans ne prennent le dessus.

Pour un peu plus, Mohibullah aide les clients à créer des comptes de réseaux sociaux, à configurer leurs téléphones et ordinateurs portables et même à rédiger des e-mails pour eux. « Je vends de tout, du contenu de A à Z. Tout sauf « 100% films », a-t-il déclaré, faisant référence à la pornographie. (Plus tard, il a admis qu’il avait des « vidéos gratuites », un autre surnom pour le porno, mais qu’il ne les vend qu’à des clients de confiance.)

Happy
0
Sad
0
Excited
0
Sleepy
0
Angry
0
Surprise
0

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%